Vue imprenable.

Le col de la Gemmi, un écrin de blancheur dans les Alpes bernoises. Le sentier historique qui relie Sunnbüel au col en à peine quatre heures de marche est une invitation à la découverte d’un paysage féerique. Un réel enchantement.

gemmi_1
Le col de la Gemmi: Un écrin de blancheur dans les Alpes bernoises.

«Un des plus beaux endroits qui soient!», entendions- nous régulièrement par le passé en enfilant nos vêtements chauds pour gagner Kandersteg et aller nous promener vers le col de la Gemmi. C’est plus qu’une façon de parler: la route historique qui mène de l’Oberland bernois au Valais est réellement l’un des plus beaux endroits du monde.

Bien sûr, la Gemmi n’est pas accessible que depuis Kandersteg, on peut tout à fait aussi partir de Loècheles- Bains. Ces deux points de départ offrent une impressionnante balade dans les montagnes qui peut se faire en famille, avec un téléphérique qui amène randonneurs et adeptes des sports d’hiver vers les hauteurs. Mais depuis Loèche-les-Bains, quand on démarre du col, on n’a plus qu’à se laisser glisser en pente douce, tandis que de l’autre côté, il faudra compter avec quelques montées. Bref: les sportifs choisiront de rejoindre la Gemmi depuis Kandersteg.

Snow’n’Rail.

Avec les CFF et RailAway, vos séjours aux sports d’hiver dans les 40 stations de ski les plus appréciées vous reviennent moins cher. Profitez vous aussi des offres combinées avantageuses avec 20% de réduction sur le billet des transports publics et un forfait ski de 1, 2 ou 6 jours à prix réduit.

Achetez vite en ligne et foncez sur les pistes!

 

Nous aussi, nous optons pour le chemin partant de l’Oberland bernois: de la gare de Kandersteg, le bus nous emmène jusqu’à la station inférieure de Sunnbüel, et les téléphériques nous hissent à 1936 mètres d’altitude tandis que s’offre à nous une vue panoramique sur la vallée sauvage et romantique de Gastern. Féerique paysage hivernal: de décembre à fin avril, tous les types de ski se pratiquent sur le plateau de Sunnbüel. Mais aujourd’hui, nous nous attaquons au chemin historique qui mène au col de la Gemmi, qui était il y a quelques siècles déjà une liaison importante entre les cantons de Berne et du Valais. Nul ne peut dire précisément quand on a commencé à se rendre en Valais, notamment pour les sources chaudes de Loèche-les-Bains, mais il semblerait que ce soit au plus tard au début du XIIIe siècle.

gemmi_2
Cette randonnée de trois à quatre heures Col de la Gemmi de marche fait partie des plus belles expériences que l’hiver a à nous offrir.

Un sentier chargé d’histoire.

Il y a donc déjà plusieurs siècles que la haute vallée entre Sunnbüel et le col de la Gemmi relie les villages de Kandersteg et de Loèche-les-Bains. Aujourd’hui, selon Suisse Tourisme, la Gemmi fait partie des grands classiques des randonnées suisses. Pour la première partie de ce chemin culte, au départ de la station supérieure de Sunnbüel, la luge est tout indiquée: la piste file entre les arbres enneigés jusqu’à la Spittelmatte, un haut plateau entouré de rochers, de mélèzes noueux, de ruisseaux et de montagnes. Sur les pistes damées du matin, dans la lumière du soleil, le randonneur sent battre son coeur: tout simplement magnifique, la vue sur l’Altels, le Balmhorn, le Steghorn et le Rinderhorn qui s’élèvent de part et d’autre en se découpant nettement sur le ciel bleu éclatant. Muletiers accompagnés de leurs bêtes, touristes anglais ou personnages illustres comme Alexandre Dumas, Mark Twain ou Pablo Picasso: tous ont vu, au fil des siècles, ce même panorama enivrant. Certains, après une petite ascension depuis la Spittelmatte, se sont arrêtés à l’hôtel Schwarenbach, situé à mi-parcours. Ouvert en 1742, comme poste douanier à l’époque, l’établissement fait la jonction entre l’Oberland bernois et le Valais.

gemmi_3
Pas envie de marcher durant tout le parcours? Hop, sautez sur votre luge. Beaucoup de passages s’y prêtent, des deux côtés.
gemmi_5
L’hôtel Schwarenbach a déjà accueilli d’illustres visiteurs: Alexandre Dumas, Mark Twain et Pablo Picasso y ont séjourné.

«Le col de la Gemmi est accessible à tous, il est praticable de 7 à 77 ans», dit Peter Stoller, qui tient l’hôtel, tout en nous servant des rösti accompagnés d’oeufs au plat et une délicieuse soupe à l’orge. Peter Stoller est né ici. Il n’y a que trois étés qu’il n’a pas passés au Schwarenbach, dont il a repris la suite après son père. Gâteaux et soupes maison, assiettes de fromages: «Nous faisons ce que nous savons faire. Et qui nous vaut régulièrement des compliments», dit-il. Pourtant, au col, il faut aussi s’attendre à ne pas toujours tout trouver. À cause des conditions météorologiques qui empêchent les livraisons, ou de l’affluence qui a dépassé les attentes.

gemmi_6
Le col de la Gemmi est accessible à tous, de 7 à 77 ans», dit Peter Stoller, de l’hôtel Schwarenbach.
10_2_via_10_2016
Déjeuner au Schwarenbach: soupe à l’orge fumante.

Un océan de blancheur.

Autour de l’hôtel, on peut entreprendre en hiver de magnifiques randonnées à pied ou en raquettes. Mais la Gemmi peut aussi s’explorer en fatbike depuis la station supérieure de Sunnbüel.

Nous poursuivons notre route après un délicieux déjeuner au Schwarenbach: plus loin, plus haut. En traversant ce paysage typique fait de roches moutonnées, nous arrivons, après une courte et abrupte montée sur le Seestutz, au lac de Dauben. Le spectacle est époustouflant. Partout où nos yeux se posent, une seule couleur s’offre à nous: le blanc. L’environnement est si lumineux qu’on en est ébloui. Plus tard, David Kestens, de l’office du tourisme de Loèche-les-Bains, nous fera une révélation: «En hiver, le lac de Dauben n’est pas un lac, juste un trou rempli de neige. L’eau n’y réapparaît qu’à la fonte des neiges, et c’est alors le plus grand lac naturel du Valais. Donc en hiver, on peut s’aventurer sur la glace sans craindre de passer au travers.»

Les majestueux sommets du Valais face à nous, nous poursuivons vers le point culminant du col de la Gemmi. Quelle vue! De la terrasse ensoleillée du restaurant d’altitude Wildstrubel, avec sa plateforme panoramique adjacente qui surplombe de dix mètres la paroi rocheuse, nous apercevons 900 mètres plus bas Loèche-les-Bains et côté sud, les imposantes Alpes valaisannes. Avec un peu de chance, on peut surprendre des gypaètes barbus, des chamois ou des bouquetins.

Le téléphérique nous redescend en cinq minutes à la station thermale de Loèche-les-Bains où les sources d’eau chaude nous réservent une détente bien méritée.

10_3_via_10_2016
Vue sur les Alpes valaisannes de la plateforme du col de la Gemmi.

Bons plans:

Auberge Ruedihus
Envie d’une halte à Kandersteg après votre randonnée? L’ambiance chaleureuse de l’auberge Ruedihus vous ravira. Vous pourrez y déguster des spécialités de l’Oberland bernois comme le «Suure Mocke» ou le «Schnifu Buurehamme». Avec sa façade richement décorée et son aménagement authentique, ce chalet est un vrai bijou.

Domaine skiable de Sunnbüel
Le téléphérique emmène aussi les adeptes du ski à 2000 m d’altitude jusqu’au domaine de Sunnbüel, qui comprend six kilomètres de pistes damées de niveau facile à moyen. Idéal pour les familles, les skieurs tranquilles et les débutants.

Alpentherme & Spa Leukerbad
Juste sur la place historique du village, c’est l’un des nombreux établissements thermaux de Loèche-les- Bains. Dans un écrin montagneux de toute beauté, on se détend ici dans les eaux des sources alpines. Le village de saunas valaisan et les bains thermaux avec leur splendide vue parachèveront cette expérience inoubliable, proposée 365 jours par an.

 

Offre Combinée RailAway

Offre valable du 24 décembre 2016 au 17 avril 2017 Compris dans le prix réduit: trajet aller en train jusqu’à Kandersteg et retour au départ de Loèche (10 % de réduction), bus Kandersteg– station inférieure de Sunnbüel (10 % de réduction), téléphériques Kandersteg–Sunnbüel, col de la Gemmi–Loèche-les-Bains et bus Loèche-les-Bains–Loèche, ou inversement (10 % de réduction). Exemples de prix pour l’offre combinée RailAway en CHF.

Achetez vite en ligne

 

titel_via_dez_jan_kleinCet article est paru dans le magazine via Décembre/Janvier 2016/2017. Le magazine des transports publics est disponible gratuitement dans (presque) toutes les gares.

Photos: Thomas Andenmatten

2 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *