Dans les coulisses de l’appli Mon voyage des CFF.

Habituellement, il est plutôt rare de demander aux utilisateurs d’applications courantes de fournir un feed-back constructif. Pourtant, c’est précisément l’idée de Mon voyage. L’appli des CFF est en effet développée depuis le début avec le soutien de ses utilisateurs. L’objectif est de créer une application répondant parfaitement aux besoins des pendulaires et des voyageurs.

Cette approche semble porter ses fruits. Depuis son lancement en décembre 2016, l’appli a déjà été téléchargée plus de 40 000 fois et est utilisée quotidiennement par des centaines de voyageurs. «Les chiffres d’utilisation dépassent largement nos attentes,» confirme Philipp Leimgruber, responsable principal de l’appli Mon voyage des CFF.

Même après le lancement de l’appli, l’équipe de Philipp n’a eu de cesse de la développer en recueillant jour après jour des feed-back provenant de différentes sources. Qu’il s’agisse de commentaires d’utilisateurs de la communauté Mobile CFF Preview, de remarques laissées dans les app stores ou de courriels, toutes les suggestions sont prises au sérieux. Les experts regroupent ces précieux feed-back par thème et fixent les priorités en fonction de leur fréquence ou des possibilités de mise en œuvre.

 

L’équipe chargée de gérer l’appli Mon voyage des CFF.

J’ai récemment eu l’occasion de faire plus ample connaissance avec l’équipe des collaborateurs CFF à l’occasion de leur séance hebdomadaire. Philipp, Jenny, Lucie et Fabio se rencontrent dans une salle de réunion lumineuse dans le quartier bernois de Monbijou pour leur «Deep Dive Meeting», durant lequel ils plongent dans le vif du sujet. Pendant ces séances, Philipp et son équipe discutent des derniers feed-back des utilisateurs et élaborent des pistes de développement pour l’application.

Lucie est responsable de la structuration et de la conception de l’interface utilisateur de l’appli. Les différents processus que les utilisateurs suivent, par exemple pour envoyer une requête, relèvent également de son domaine de compétences («User Experience»). Je me rends rapidement compte que Lucie se consacre intensivement à sa mission. Elle connaît effectivement chaque recoin de l’appli comme sa poche.

La mission de Jenny consiste à déterminer comment les développeurs peuvent répondre aux exigences des utilisateurs. De quelle manière intégrer les nouvelles fonctionnalités dans l’horaire? Quand la mise à jour sera-t-elle disponible? En tant que Business Analyst, elle dispose également d’une vue d’ensemble des nombreux partenaires liés à l’application Mon voyage. En effet, à chaque recherche, les données vont et viennent entre les interfaces, qu’il s’agisse de la disponibilité des véhicules Mobility ou des vélos, électriques comme classiques, de PubliBike.

Si quelqu’un calculait le trajet à pied de Locarno à Bâle…

Fabio est l’interlocuteur compétent pour toutes les questions liées à la combinaison des différents moyens de transport dans l’application. Il analyse les diverses possibilités et les souhaits des clients. La réunion du jour est consacrée aux temps de parcours à pied indiqués dans l’appli. Celle-ci n’indiquerait-elle pas des temps trop optimistes? Ainsi, il est en théorie possible de marcher de Locarno à Bâle en 35 heures et 42 minutes. En pratique, cela semble pourtant peu probable, sachant que l’on parcourt à peine 5 kilomètres par heure et que le trajet comprend 178 kilomètres… Fabio sait que les concepteurs ont paramétré des valeurs standard mais celles-ci ne correspondent pas toujours à la réalité.

La communauté a exprimé à plusieurs reprises le souhait de pouvoir paramétrer la vitesse de base à pied et à vélo de manière individuelle dans l’application. En effet, chacun marche à son propre rythme, sans compter l’on adapte généralement sa vitesse au terrain.

Ce qui semble être une demande on ne peut plus banale est en réalité très complexe. Par chance, l’équipe de projet peut se baser sur des connaissances existantes. Fabio mentionne une étude de l’EPF portant sur la vitesse de marche dans les villes suisses et montre une formule permettant de contourner cet obstacle lors du développement.

Les souhaits des utilisateurs de l’appli Mon voyage sont toujours prioritaires lors de la mise en œuvre de nouvelles fonctions. En effet, à quoi servirait une programmation complexe si elle ne générait pas un produit compréhensible et simple à utiliser? En termes de convivialité, Lucie sait exactement si les utilisateurs préfèrent déplacer un curseur ou effectuer un clic, et à quel endroit de l’interface ils chercheraient telle ou telle fonction.

Elle a déjà réalisé une ébauche de la fonction demandée et montre à l’équipe à quoi celle-ci ressemblerait concrètement dans l’application.

 

Cinq smartphones de plusieurs générations et fonctionnant avec différents systèmes d’exploitation sont posés sur la table. Et pour cause, il est essentiel que toute nouvelle fonction soit parfaitement opérationnelle sur les petits et les grands écrans ainsi que sur les iPhones et les appareils Android.

J’avais déjà suivi le développement de l’appli Mon voyage des CFF avant son lancement sans jamais émettre de suggestions personnelles. Utilisant régulièrement l’application, j’apprécie tout particulièrement qu’elle calcule mes temps de trajet en intégrant tous les moyens de transport possibles. Après avoir jeté un œil dans les coulisses, je sais désormais que mes souhaits d’amélioration atterriront sur la table de réunion de Philipp, Lucie, Jenny et Fabio…

Plus d’informations sur l’appli «Mon voyage» des CFF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *