Oubliez vos préjugés sur Constance.

Vraiment dommage: j’ai un AG et je ne l’utilise presque jamais pour découvrir de nouveaux endroits. Il faudrait que ça change, mais où aller? «Allons faire un tour à Constance» me propose mon collègue Daniel. J’avoue que cela me fait immédiatement penser au tourisme d’achat. Mais comme ce n’est pas la première fois qu’on m’en parle, cette ville doit quand même bien avoir d’autres attraits. Je vais essayer de les trouver.

C’est ainsi que nous avons commencé à planifier notre excursion. Grâce au billet accompagnant/e, Daniel voyage également toute la journée à un prix avantageux et nous décidons de visiter aussi Stein am Rhein.

Voyager avec le billet accompagnant/e.

Voici comment voyager à deux à moindres frais: le billet accompagnant/e est en vente du 27 février au 21 mai 2017. Si vous possédez par exemple un AG ou une carte journalière, vous pouvez faire une excursion en train en compagnie d’une personne pour 38 francs seulement. Retrouvez toutes nos idées d’escapades sur cff.ch/accompagner.

 

Une fois à Constance, on arrive directement sur le port. Ici, impossible d’échapper à Imperia. Pas étonnant, dans la mesure où la demoiselle ne porte qu’un léger manteau largement échancré et que du haut de ses neuf mètres, elle attire tous les regards. Bien que très décriée à l’origine, cette statue tournant sur elle-même fait désormais partie des principales curiosités touristiques de Constance.

Les nombreuses possibilités de s’asseoir invitent à s’attarder sur le port, tandis que les cris des mouettes et le bruit des vagues me donnent l’impression d’être à la mer. Au printemps, les alentours du port doivent être encore plus jolis et se prêter à merveille à une petite pause après avoir flâné en ville.

Chasse au trésor au Niederburg.

L’environnement change de manière significative dès que nous pénétrons dans les rues pavées du Niederburg. Dans le plus vieux quartier de Constance, les maisons colorées parfois de guingois sont serrées les unes contre les autres. Les préparatifs du carnaval battent leur plein et d’innombrables petits drapeaux de tissu claquent au vent. Une seule chose à faire en pareil endroit: déambuler de ruelle en ruelle en se laissant surprendre par les trésors méconnus qu’on y rencontre.

Tout l’art du café au «N° elf».

Au «N° elf», nous faisons spontanément une pause dans le café-bar à vins. Daniel ayant envie de caféine, la barista lui recommande un «Flat White». Contrairement à ce que mes préjugés tendraient à me faire croire, il ne s’agit pas d’un banal café affublé d’un nom branché, mais d’une spécialité proche du cappuccino. Vraiment délicieux, nous nous sentons agréablement réchauffés après une matinée venteuse. Les petites douceurs présentes sur le comptoir sont tellement alléchantes que nous succombons à la tentation et commandons aussi deux brownies.

Plus qu’une simple virée shopping.

Revigorés, nous retraversons la vieille ville en direction de la gare. Ici les rues sont plus larges et les noms des enseignes plus connus. Les fans de shopping y trouvent assurément leur compte. Mais il y a plus à découvrir:

  • Après avoir gravi les quelque 245 marches de la Münsterturm une vue impressionnante s’offre à vous sur Constance et son lac (prix adultes: 2 euros, ouvert à partir du mois d’avril).
  • Pour les fans de desserts, la Voglhaus est un passage obligé. Ce café de la vieille ville propose de délicieux gâteaux et des spécialités de producteurs locaux.
  • Dès le mois d’avril, des bateaux partent de Constance vers Schaffhouse. Les escales dans les nombreux petits ports comme Stein am Rhein ou Steckborn permettent de découvrir agréablement la région du lac inférieur.

Flânerie à travers la vieille ville de Stein am Rhein.

La deuxième étape de notre périple nous conduit ensuite en train le long du lac inférieur, jusqu’à Stein am Rhein. Les arbres s’éclaircissent à intervalles réguliers, nous permettant d’entrapercevoir de belles perspectives sur le lac. «La partie la plus connue de Stein am Rhein se situe de l’autre côté du fleuve» m’explique Daniel avant d’arriver à la gare. Effectivement, peu de temps après, je peux admirer la jolie petite ville. Et comme dans toute cité médiévale qui se respecte, un château fort surplombe Stein am Rhein.

Celui qui souhaite visiter le château de Hohenklingen peut le faire dans le cadre d’une randonnée. La récompense en est une vue unique et un délicieux repas au restaurant du château si le cœur vous en dit.

Après avoir traversé le Rhin, on se retrouve au milieu de superbes demeures. Certaines façades sont presque trop chargées avec leurs couleurs saturées et leurs peintures murales élaborées. Aucune de ces vieilles maisons ne ressemble à une autre et partout je découvre de charmants détails: ici un encorbellement, là de jolies girouettes. J’imagine comme il devait faire bon vivre ici autrefois.

À propos: pour découvrir l’aménagement des habitations bourgeoises au 19e siècle, visitez le Museum Lindwurm.

Le présent offre aussi un visage très différent: des boutiques et des restaurants accueillants à perte de vue. J’en ai d’ailleurs repéré trois, petits mais délicieux:

  • Le Kafi und me, où le «Kafi» peut être un café, mais aussi un thé frais ou un gâteau maison. Quant au «me», ce sont les petits meubles restaurés ou créés sur place, ainsi que toutes les petites choses que l’on peut y acheter. Un mélange auquel j’ai beaucoup de mal à résister, mais la réouverture n’est malheureusement prévue que le 29 mars 2017.
  • La p’tite crêperie que je testerais volontiers, si je n’avais pas déjà l’estomac rempli de brownie.
  • La boutique Ihr Fabrikat, où on trouve de petits cadeaux ou des pochettes ou des sacs en tissus aux impressions personnalisées.

La «Rheintörlein».

Nous terminons notre visite par le cloître Saint-Georges, mais de l’extérieur seulement, parce que le musée du cloître n’ouvre qu’en avril. Assez imposant, il s’étend de l’actuelle église du village aux berges du Rhin. Mais plus que le cloître lui-même, c’est une petite porte en bois située dans le mur d’enceinte qui me fascine. On peut y voir une inscription délavée par le temps: «Rheintörlein», la petite porte sur le Rhin. Elle ouvre sur une image de carte postale, une sorte de terrasse avec un banc et un saule pleureur qui se penche sur le Rhin. Nous avons encore un peu de temps avant le départ de notre train et nous savourons sur cette jolie petite place les rayons du soleil qui a fini par se montrer.

Conclusion: celui qui ne va à Constance que pour faire du shopping passe à côté des plus beaux endroits de la ville. Une petite halte sur le port ou une promenade à travers le Niederburg ne durent pas longtemps et valent vraiment la peine. Et si vous souhaitez en profiter pour prolonger votre excursion jusqu’à Stein am Rhein, allez-y plutôt à partir de la fin du mois de mars. Toutes les jolies petites boutiques y seront à nouveau ouvertes.

 

Photos: Daniel Schwarz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *