Gregory Grin

13 articles

Pendulaire intensif ascendant Intercity, je passe environ l’équivalent d’un mois par an dans le train. C’est mon deuxième bureau, j’y ai mes habitudes et mes petites manies que mes voisins habituels ont fini par repérer. C’est aussi mon sas de décompression qui me permet de déconnecter complétement du travail le soir en rentrant et d’arriver à la maison l’esprit libre et disponible. Rien qu’à cause de ça, j’en suis arrivé à me demander s’il me serait encore possible de travailler juste en face de mon domicile.

Trier les histoires par: